Le Jumelage en quelques mots

 

Il existait des contacts entre Passy et Pfullingen déjà bien avant la signature du document officiel scellant le jumelage de nos 2 villes.

 

Des rencontres privées entre la famille Lemaire et la famille Götz débutèrent dès 1958.

 

Theo et Gisela Götz qui étaient très impliqués dans la vie associative, scolaire et politique de Pfullingen, furent à l’origine des premiers échanges entre les clubs de foot, de tennis, les pompiers, les musiques municipales et les lycées.

 

Albert Alla, maire de Passy entre 1977 et 1983, a été le premier élu à recevoir officiellement des délégations allemandes.

 

Les premiers échanges scolaires débutèrent en 1977.

 

Le « processus » était en route : les échanges se firent de plus en plus nombreux.

 

En Août 1980, une délégation allemande composée d’élus locaux, membres des pompiers et un membre de la musique municipale vint à Passy.

Ce musicien s’appelait Robert Röcker ; il avait été prisonnier en France pendant la guerre, et souhaitait exprimer son vœu le plus cher, de ne plus jamais revoir la guerre pour les générations futures. Pour la petite histoire, le « traducteur » de ce premier échange (qui devint le traducteur officiel des 2 musiques) était Jakob Bessler, prisonnier de guerre allemand, qui s’était installé à Passy, et qui lui aussi, prônait le « plus jamais ça ».

 

Puis de chaque côté du Rhin, le désir de créer un jumelage entre les 2 villes se fit de plus en plus vif.

 

En 1985 à Passy et 1986 à Pfullingen, Robert Fournier, maire de Passy et Rudolf Hess, maire de Pfullingen signèrent la chartre scellant officiellement le jumelage.

 

Depuis plus de 25 ans, les relations perdurent, et les diverses municipalités qui se sont succédées ont toujours contribué à renforcer et consolider les liens qui unissent nos 2 villes.

 

Ce jumelage n’est pas une histoire politique, mais une véritable histoire d’amitié ; amitié entre peuples, amitié entre associations, amitié entre citoyens.